Que sont les hormones ?

Que sont les hormones ?

Les hormones sont un type de molécule qui sont sécrétées dans les glandes endocriniennes. Elles influencent énormément les processus de croissance et de développement, ainsi que le métabolisme et la fonction sexuelle. Le bon fonctionnement des hormones est vital pour le bienêtre physique et émotionnel de chacun. Des niveaux hormonaux adéquats influencent également notre moral.

L’effet d’une hormone peut se produire très rapidement (quelques minutes) ou en quelques heures et ses effets sont variés : activation des réactions enzymatiques, faire contracter ou relâcher le muscle, modifier la perméabilité de la membrane cellulaire, activer d’autres sécrétions, augmenter la synthèse protéique.

Pour saisir l’idée du lien entre corps et esprit, le fonctionnement des hormones mentionnées ci-dessus est expliqué plus en détail dans ce qui suit.

La sérotonine, hormone du sommeil et du bien-être

La sérotonine a principalement en charge notre rythme de sommeil et notre sentiment de satisfaction. C’est pourquoi la sérotonine est aussi appelée l’hormone ‘feel-good’. La sérotonine ne participe pas seulement à une bonne humeur mais veille aussi à ce que nous retenions des choses. C’est donc la sérotonine que nous devons remercier pour notre bonne mémoire. La sérotonine contribue en outre à la proportion de bonheur que nous éprouvons

Hormis ces symptômes physiques, la sérotonine contribue également à différentes fonctions de l’organisme, telles qu’une bonne tension artérielle et un bon rythme de sommeil. En cas d’insuffisance de sérotonine, on peut dès lors faire l’expérience de problèmes de sommeil. Cela peut impliquer aussi bien l’endormissement que le sommeil même. Les personnes atteintes de dépression souffrent souvent de problèmes de sommeil. La sérotonine se trouve dans certains aliments dont la consommation vous fera vous sentir mieux. Le plus connu d’entre eux est probablement le chocolat.

Les symptômes physiques de la dépression peuvent aussi être liés à ce dérèglement de sérotonine. Ainsi de l’hyperphagie, des maux de tête, des problèmes de concentration, peuvent être éprouvés si la sérotonine n’est plus produite comme il se doit. La sérotonine peut donc contribuer sérieusement à l’apparition de la dépression, car elle cause beaucoup de symptômes de la dépression.

La douleur disparaît et l’euphorie apparaît grâce à l’endorphine

Les endorphines sont les hormones qui font office dans notre organisme d’analgésique. Votre corps les utilise pour revenir au repos après avoir éprouvé de la douleur. Les endorphines vont en outre veiller à ce que vous éprouviez moins de douleur afin que votre corps puisse se remettre de la douleur.

Comme la sérotonine, les endorphines contribuent à un sentiment de joie et euphorique. Dans certaines situations, on se sent décontracté et euphorique, car les endorphines répriment la douleur éventuelle et collaborent avec leurs autres hormones pour que nous nous sentions bien.

Récompense et stimulation grâce à la dopamine et la noradrénaline

Bien que ces hormones puissent vous aider davantage, il se peut parfois que ces hormones reçoivent un message erroné et contribuent à renforcer de mauvaises habitudes. Votre cerveau envoie ce qui est récompensé et ce qui ne l’est pas, de sorte que votre organisme puisse produire de la dopamine et de la noradrénaline. Si vous stimulez cependant de mauvaises habitudes, qui vous semblent gratifiantes, la dopamine et la noradrénaline vont venir renforcer ces habitudes. Fumer, par exemple : fumer n’est pas bon pour l’organisme, mais beaucoup de gens ont pourtant du mal à arrêter. C’est parce qu’ils considèrent que fumer est gratifiant. S’ils veulent alors arrêter, cela ne leur procure généralement pas un sentiment positif car l’organisme ne trouve plus de récompense.

Le cortisol, l’hormone du stress

Le cortisol, l’hormone du stress, se retrouve aussi dans les cas de burn-out. Ici aussi, la production de cortisol se trouve à la base de l’apparition du burn-out. À cet égard, la dépression et le burn-out vont souvent de pair. Bien que, dans les deux cas, on puisse parler d’un dérèglement de la production de cortisol, on peut remarquer d’importantes différences entre les deux maux. En cas de burn-out, il s’agit d’un épuisement du cortisol. Cela signifie que de grandes quantités de cortisol ont été sécrétées et que le corps n’en peut à présent plus. On va donc se sentir épuisé et mou, car le corps ne peut plus faire face à la ‘suractivité’.

En d’autres termes, on a demandé trop pendant trop longtemps à son corps, ce qui fait que celui-ci va entamer de lui-même une période de repos. En cas de dépression, c’est le contraire. Si l’on est dépressif, le taux de cortisol est encore trop haut. On va donc constamment se sentir sous pression. Cela contribue à un comportement de tracasserie. Le corps étant en suractivité, il est difficile de l’amener au repos.

On l’aura bien compris, les hormones sont des composés chimiques essentiels au bon fonctionnement de tout organisme vivant. Elles ont un rôle régulateur et coordinateur et interviennent à tous les niveaux du fonctionnement de l’organisme. Et c’est pour cela que la sécrétion d’hormone est tellement liée à nos états d’âme.

Laisser un commentaire

Service clientèle: +49 89 215 400 980 Heures de travail
Lundi-Vendredi (8-16)
image contact block
LES VENTES DIRECTES
du fabricant
Retours gratuits Retour gratuit en cas de révocation ou en cas de garantie